Mes 30 ans en BD

Un ancien article que j'avais écrit pour mes 30 ans sur le blog de "Who's She":

 

Profitons-en pour refaire ma vie en Bande-dessinée. J'ai appris à lire vers 5 ans avec Tintin. A cette époque là, j'ai du lire chaque album au moins 30 fois. Au collège, j'ai passé des heures à lire Astérix aux heures de permanence (et j'en avais beaucoup). J'ai été fan de mon premier auteur avec Charlier, un de nos plus grands scénaristes. Il m'a émerveillé avec Barbe-Rouge, Buck Danny et Blueberry. J'ai adoré lire Black et Mortimer, Le Prince Tärn, Prince Vaillant d'Harold Foster, Les tuniques bleues, Racing Bull, Zoulouland, Calvin & Hobbes. En vieillissant, j'ai adoré aussi les histoires de Van Hamme avec l'énorme XIII et Largo Winch. Puis sont arrivés les auteurs + modernes d'une nouvelle génération avec M. Vatine et Cailleteau et leur magnifique Aquablue, Morvan, Buchet, Hérault (Trantkat) et leur studio 517TTC avec Nomad, Kazandou et le sublime HK. C'était les première BD inspirées par le style graphique du manga. Mais avant ça, je suis tombé dans la marmite du Comics US. Il y a eu une période (surtout au collège) où j'achetais tous les titres comics que Semic sortait, bien sur les X-Men, Spider-man, Wolverine (appelé Serval à l'époque). Puis il y eu la révolution aux Etats-Unis avec la dissidence de grands auteurs de comics qui se détachaient de Marvel et DC pour être indépendant comme Mc Farlane avec le super Spawn, Humberto Ramos  avec Crimson, puis Ascension, Wild Cats, Gen 13, Witchblade, et Fathom du regretté Michael Turner (mort en 2008). J'ai eu ma période Fumetti (comics à l'italienne) avec Nathan Never, Martin Mystère, Nate Dog

Un deuxième phénomène a bercé mon enfance et influencé par la suite mes gouts bédéistiques, c'est Dorothée avec RécréA2 puis le rendez-vous incontournable du Club Dorothée. C'est la que je suis devenu un fan absolu de Saint Seiya puis Dragon Ball, Ken le survivant, Les 4 samouraïs de l'éternel, Georgie, Juliette je t'aime (Maison Ikkoku), Olive et Tom (Captain Tsubasa).

Puis est arrivé la grande claque dans ma gueule quand mon père m'a ramené le premier volume d'Akira de Katsuhiro Otomo colorisé par les américains un jour de 1990. Le premier manga publié en français par Glénat. Puis dans la foulée, Glénat a sorti Dragon Ball (le bonheur quand je me rappelle), Ranma ½, Gunmm. Puis ils ont sorti un des maîtres du Manga (avec Tezuka) Masume Shirow avec Appleseed et Gosht in the Shell. Tonkam, éditeur encore très confidentiel en 1990 sortait les œuvres d'un de mes auteurs de manga préféré Katsura avec Video Girl Aie, I"s, DNA2, Shadow lady, aujourd'hui on le connait très bien avec son titre Zetman. Les éditions J'ai lu s'y sont mis aussi avec mon deuxième auteurs préféré Tsukasa Hōjō avec City Hunter (le seul manga qui m'ait donné des vraies barres de rire), ses autres œuvres toutes superbes sont; Family Compo, Cats Eye, Glass Heart, …

Aujourd'hui, je suis entièrement dans le manga. J'ai abandonné complètement le comics US dont la qualité a fortement chuté. J'achète encore des BD européennes, mais je trouve le format trop court et le prix trop élevé; lire un volume à 13€ qui sort une fois par an de 46 pages en 20 minutes, ça me fait un peu mal. Donc je n'achète plus que les incontournables comme HK, Sillage, Aquablue, Largo Winch

Les mangas de ces 2 dernières années qui m'ont fortement marqués sont; Nouvel Angyo Onshi, Priest, Zetman, Gunmm last order, Rainbow (pas le manwha pourri), Rookies, 100% Ichigo, Eagles, Sun of spirit, Blue heaven, Geobreeders, Blame, Eyes shield 21, Suzuka, Coq de combat

Ces derniers jours j'aime bien Fairy Tail (le seul shonen d'action que j'aime bien), Le Sablier, Qwaser of stigmata, Clover, NHK, Biomega, Journaliste

A trente ans, je sens aussi un gros changement de génération, même dans le manga. Quand à l'époque le bonheur suprême était la sortie d'un nouveau volume de Dragon Ball, ça me fait penser aujourd'hui aux jeunes gamins complètement hystériques à la sortie du nouveau Naruto (manga que j'exècre). Quand aujourd'hui je parle d'Akira à un jeune de 15 ans et qu'il me dit "je connais pas", je sens le poids des années.

Voilà, j'ai fait un peu le tour de ma passion pour la BD au cour de mes 30 premières. J'ai forcément oublié des BD et des auteurs (et pas des moindre) mais ça donne déjà une petite idée.

Écrire commentaire

Commentaires: 0